Éolien et béton

Impact
Télécharger les visuels

Le béton dans l’éolien pollue-t-il les sols ? Se recycle-t-il ? L’histoire du béton remonte à la nuit des temps avec l’apparition des premiers bétons vers 3.000 ans avant J. C. Ils étaient alors composés d’argile, de sable, de gravier et d’eau et appelés béton de terre ou torchis. L’invention du « ciment romain » en 1796, puis du béton précontraint, est devenu essentiel au développement de nos société moderne.

Quels bétons aujourd’hui ?

Le béton est un matériau de construction composé d’un mélange de granulats, de sable et d’eau, agglomérés par un liant, le plus souvent du ciment, qui sert de « colle ». Le béton ne pollue pas les sols, c’est un matériau inerte. Des résultats démontrent de façon concrète l’engagement de la filière béton en faveur d’une démarche de progrès environnemental avec des investissements réguliers pour moderniser les outils de production et de formation continue.

L’éolien et le béton en France

Pour réaliser les massifs de fondation des parcs éoliens terrestres, il faut en moyenne 800 tonnes de béton par éolienne de plus de 3 MW. Pour ériger les éoliennes, les fondations sont d’une importance capitale : ce n’est que grâce à un socle en béton inébranlable que le mât et les pales peuvent résister à l’importante sollicitation mécanique que le vent exerce sur eux. Il n’existe pas de cahier des charges type pour un parc éolien en matière de béton car chaque implantation de parc présentera une configuration unique à laquelle il faudra adapter la totalité des paramètres qui le constitueront.

En 2020, 1105 MW d’éolien terrestre ont été raccordés au réseau électrique soit la consommation d’environ 300 000 tonnes de béton. Cela représente seulement 1,4 % de la production nationale de béton (21 MT par an) pour des installations qui resteront une vingtaine d’années en service.
A titre de comparaison dans le secteur énergétique, il faut environ 400 000 m3 de béton pour l’EPR de Flamanville, soit de quoi construire les fondations de 1000 éoliennes terrestres. Ou encore 6 millions de m3 pour le projet de stockage des déchets radioactifs CIGEO à Bure soit l’équivalent d’environ 15 000 éoliennes terrestres (aujourd’hui la France en compte environ 9000).

Le recyclage et la valorisation du béton

La durée de vie d’une éolienne est de 20 à 30 ans. En France, la règlementation précise, dans un article du Code de l’Environnement, que l’exploitant est responsable de la remise en état du site. Le béton armé des fondations peut être facilement recyclé : trié, concassé et déferraillé il est réutilisé sous la forme de granulats dans le secteur de la construction. Une éolienne se recycle à plus de 90% 

800 tonnes

c’est le poids moyen de béton nécessaire aux fondations d’une éolienne terrestre de plus de 3 MW

60-70 %

c’est la part moyenne des fondations de béton armé dans le poids total d’une éolienne 

1,4%

c’est la part de béton utilisé pour construire les éoliennes en France en 2020 par rapport à la production nationale totale de béton

80%

des bétons de construction sont déjà recyclés en France : les fondations des éoliennes en font partie

Partager sur Télécharger les visuels