Le recyclage des éoliennes

Impact
Télécharger les visuels

Le recyclage des éoliennes est-il possible ? Quelles sont les avancées et les objectifs fixés par la règlementation en France ? La composition d’une éolienne est simple. Elle est composée de béton pour les fondations, de métaux (acier, fer, cuivre et fonte ) et de matériaux composites principalement : ces éléments se recyclent déjà à plus de 90% dans les filières existantes. Ces éléments peuvent également être revendus sur le marché de l’occasion ou réutilisés par des organismes de formation dédiés aux métiers de la maintenance éolienne.

Le recyclage des éoliennes déjà une réalité en France

L’acier et le béton, le cuivre et l’aluminium sont recyclables à 100 %. Lors du démantèlement d’un parc éolien, le béton des fondations une fois enlevé peut par exemple être réutilisé comme matériau de génie civil pour la chaussée de voies de circulation ou pour des comblements

Le reconditionnement et vente des composants

On assiste aujourd’hui au développement d’un marché européen d’éoliennes de seconde main, de reconditionnement et de vente de pièces détachées avec des acteurs principalement européens comme la société Mywindparts. Les composants principaux (multiplicateur, génératrice, transformateur, axe principal) sont reconditionnés puis vendus à un prix entre 30 et 50% du prix neuf. Ainsi reconditionnées, les éoliennes ou pièces détachées d’éoliennes sont exportées vers l’Afrique ou pays de l’Est pour y poursuivre une seconde vie.

Autre exemple, Re-Wind , un groupe de recherche composée d’experts universitaires anglo-saxons, travaille à la valorisation à une échelle industrielle des éléments en acier et en polycarbonate des pales, vers de multiples usages : mobilier urbain, parking à vélos, barrières anti-bruit…

Objectif 100% recyclable dans l’éolien : la question des pales

Aujourd’hui, les pales d’éoliennes représentent l’enjeu majeur pour le recyclage des éoliennes. Dès 2025, l’ADEME estime que la déconstruction des éoliennes obsolètes générera de 3000 à 15 000 tonnes de matériaux composites/an, composant essentiel des pales, associant résine et fibres de verre ou carbone (environ 6 % du poids de l’éolienne).

En fibre de verre, les pales peuvent être broyées et valorisées sous forme de combustible dans l’industrie du ciment en remplacement des carburants fossiles traditionnellement utilisés En fibre de carbone, elles sont valorisées par pyrolyse notamment.

Toutefois, le sujet du recyclage des matériaux composites n’est pas l’apanage de la filière éolienne. Ces mêmes matériaux sont utilisés pour d’autres secteurs comme l’aéronautique ou le nautisme (coques de bateaux, kayaks …) et quelques 300 000 tonnes de fibre de verre sont produites chaque année par les industries automobiles et de loisirs (nautisme, ski) en France.

Le broyat ainsi obtenu intéresse fortement la recherche scientifique. Par exemple l’Université de Washington a mis au point un nouveau matériau composite fabriqué à partir de broyat de pale, Ecopolycrete. Ce produit serait très résistant, autant que les composites à base de bois, pourrait avoir de nombreuses applications industrielles.

Les fabricants travaillent à cet objectif.  Le projet CETEC (Circular Economy for Ther-mosets Epoxy Composite) a pour ambition de combler cette lacune pour permettre une avancée significative dans l’élimination des déchets de l’industrie. Dans ce cadre un cycle de recyclage complet des pales par division des fibres et de l’epoxy a été réalisé avec succès en 2021.

Le projet ZEBRA (Zero wastE Blade ReseArch Recherche sur les pales zéro déchet), piloté par l’IRT Jules Verne, rassemble également acteurs industriels et centres de recherche dans le but d’aboutir à la création de pales d’éoliennes en thermoplastique, dans une approche d’éco-conception. L’objectif : mettre sur le marché des pales d’éoliennes 100 % recyclables d’ici trois ans.

Des pales 100 % recyclables sont déjà en cours de fabrication pour l’éolien offshore, une innovation portée par Siemens Gamessa en 2021 et ses partenaires. Elles seront installées en 2022, en mer du Nord allemande sur le projet Kashasi.

La loi française impose des objectifs à la filière éolienne

À partir du 1er janvier 2024, tout parc en fin d’exploitation devra respecter les objectifs suivants pour le recyclage des éoliennes : 95 % de la masse totale, toute ou partie des fondations incluses, devra être réutilisable ou recyclable. La masse des rotors réutilisable ou recyclable devra être de 45 % pour les parcs autorisés après le 1er janvier 2023 et de 55 % après le 1er janvier 2025. « Les déchets non dangereux et non souillés par des produits toxiques ou polluants doivent être récupérés, valorisés ou éliminés dans des installations autorisées » (Arrêté du 22 juin 2020)

La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire vise à accélérer le changement de modèle de production et de consommation afin de limiter les déchets et préserver les ressources naturelles, la biodiversité et le climat. En matière d’éolien, elle prévoit donc le recours à des pales à 100 % recyclable d’ici 2040.

90%

de la masse totale d’une éolienne peut déjà être recyclée

95%

de la masse totale d’une éolienne devra être recyclable d’ici 2024 selon la loi

2022

c’est la date de commercialisation de la 1ère pale 100% recyclable pour l’éolien en mer

0

en France et en UE la loi interdit d’enfouir des pales d’éoliennes dans le sol
Partager sur Télécharger les visuels